Actions déjà menées

Réalisations de l'année 2018

 

En 2018, DILÉ a mené sa 15ème campagne d’aide humanitaire sur la commune de Tiébélé, en poursuivant les actions menées depuis de nombreuses années.


FORAGES

- Forage de Boungou Konkoua

Les habitants de ce village isolé ne disposant pas de point d’approvisionnement en eau, un forage a été réalisé à la demande de la population. Il s’agit du 30ème financé par DILÉ, depuis 2003.

Les villageois ont formé une association des utilisateurs de l’eau (A.U.E), dont le rôle sera d’assurer la gestion, l’entretien de la pompe à motricité humaine (P.M.H.) et la perception d’une redevance, modeste, pour le prix de l’eau.

Coût : 8 100€

- Le projet de forage prévu pour le village de Boulmona n’a pas pu aboutir, l’entreprise chargée des travaux n’ayant pas obtenu de résultat positif, malgré huit tentatives, réalisées à ses propres frais.

Un 9ème essai lancé fin décembre et positif cette fois, va permettre la mise en place du forage au cours des premiers mois de 2019.


CREN DE TIÉBÉLÉ

Créé en 1979 par des Dominicaines, le CREN (Centre de rééducation et de nutrition pour nourrissons) prend en charge des bébés en grande détresse physiologique. Leurs mères sont nourries également et sont aidées dans divers domaines. On leur apprend à alimenter et soigner leurs enfants mais elles peuvent aussi bénéficier d’un accompagnement dans les domaines suivants :

- Formation : jardinage, couture et tricot, teinture de tissus et confection de savons.

- Microcrédit : prêt octroyé et remboursement au bout de 6 mois.

Depuis 9 ans, DILÉ participe au financement du budget du CREN, à hauteur de 40 à 50 %.

En 2018, la contribution de DILÉ a représenté un montant de 3 460€


AIDE AUX MALADES DU SIDA (WEPERI)

Au Burkina Faso, les malades du Sida ne bénéficient pas de prise en charge en dehors des trithérapies. Les maladies opportunistes demandent des soins et la fourniture de médicaments que la plupart ne sont pas en mesure de payer.

DILÉ s’est donc engagée à assumer cette dépense en versant des fonds à l’association Weperi, qui regroupe les porteurs du VIH à Tiébélé, à charge pour elle d’allouer les sommes nécessaires à chacun de ses membres.

Selon les années, DILÉ apporte également une aide au fonds du microcrédit réservé aux malades.

En 2017, DILÉ avait par ailleurs accepté d’accompagner financièrement des actions prévues par WEPERI pour :

- Améliorer l’accès à l’information des populations de Tiébélé sur les maladies sexuellement transmissibles (IST) et le sida ;

- Assurer le dépistage du VIH et des IST auprès de ces mêmes populations.

WEPERI n’avait pas pu assurer toutes ces actions de sensibilisation et de dépistage en 2017 (seulement 838 euros dépensés en décembre). Un report de 700 € avait donc été fait sur le budget 2018, ce qui a permis de terminer le programme initialement prévu.

Montant total des dépenses 2018 : 1 662€


MICROCRÉDIT DES FEMMES DE TIÉBÉLÉ

Nous avons été sollicités afin de poursuivre le soutien financier au microcrédit mis en place depuis neuf ans et géré par l’association Nassara Zena, créée à l’initiative de DILÉ par un groupe de femmes de Tiébélé désireuses de bénéficier d’une aide.

Les prêts accordés, de l’ordre de 150 € pour une durée de 8 mois, sont bien remboursés. Ce sont une quarantaine de femmes qui en bénéficient chaque année.

L’aide accordée en 2018, visait à encourager l’accès à ce microcrédit pour les femmes de villages plus éloignés du centre de Tiébélé. Ce sont ainsi 34 femmes venant de villages isolés, qui ont pu bénéficier de prêts à leur tour.

Coût : 1524€


ASSOCIATION DES TRANSFORMATRICES DE MANIOC

DILÉ a été sollicitée par une association regroupant une quarantaine de femmes de Tiébélé, qui se sont lancées depuis quelques années dans la transformation de racines de manioc.

N’ayant pas les moyens pour acheter le matériel nécessaire à leurs activités, elles ont commencé leur production avec du matériel de location fourni par l’Union Nationale des Transformatrices de Manioc (UNTM).

Elles ont ensuite sollicité DILÉ pour le financement d’un équipement complet, à savoir une machine à râper et une presse, matériels qui ont été achetés au printemps 2018.

Lors de notre mission de novembre-décembre 2018, nous avons assisté à une réunion trimestrielle du Bureau national de l’UNTM et avons, à cette occasion, pu constater le sérieux de cette association de femmes, dont les activités sont reconnues et intégrées maintenant dans la Confédération Agricole du Burkina, dans l’objectif de cultiver et transformer le manioc, denrée importée en grande partie actuellement.

En effet, le manioc et ses produits dérivés tels que l’attiéké (couscous de manioc) sont largement consommés par les Burkinabés.

Des formations sont envisagées afin de répondre aux exigences de qualité et d’hygiène dans la transformation des produits.

Les difficultés et les atouts de chaque province sont répertoriées pour une meilleure gestion de la production. L’accompagnement des femmes se fait pour mener à bien cette activité en pleine mutation.

Coût : 770 €


EXTENSION DE L’ECOLE DE COUTURE

En 2011, DILÉ a été sollicitée par deux tailleurs de Tiébélé, désireux de créer une école de couture s’adressant aux jeunes filles tôt déscolarisées, pour leur proposer une formation professionnelle mais aussi des cours théoriques d’alphabétisation, de mathématiques, d’économie sociale et familiale, complétant les bases acquises à l’école primaire.

L’évaluation de cette formation est assurée par l’Etat et les études aboutissent à un diplôme également reconnu par l’Etat.

Une association a été créée (DIZEDANI) et DILÉ a versé en 2014 une aide de 3 000 euros, pour la réfection d’un bâtiment, l’achat des machines, de mobilier et de petit matériel.

L’école fonctionne avec deux ateliers, dirigé chacun par un maître-tailleur. La première promotion de couturières diplômées est sortie en mars 2018.

Cette année, DILÉ a été sollicitée pour permettre :

- Le transfert et l’aménagement d’un de ces ateliers, dans un local situé dans un bâtiment communal ;

- L’extension du deuxième atelier pour disposer d’un local moins exigu.

Coût : 3 010€


EQUIPEMENT DE L’ECOLE DE BOUNGOU

En 2008 - 2009, DILÉ a financé la construction d’une première tranche de cette école, avec trois classes, un groupe de latrines et 3 logements pour les enseignants. Une 2ème tranche, avec la construction de trois classes supplémentaires et de latrines a été réalisée en 2013 et 2014.

Courant 2015, une aide a été accordée pour résoudre des problèmes importants de dégradation des enduits extérieurs et intérieurs sur les trois premiers bâtiments construits, ainsi que des anomalies au niveau de l’ancrage de la toiture : l’entreprise ayant assuré la construction des bâtiments avait disparu.

En 2018, DILÉ a accepté de financer la réfection de l’installation électrique du premier bâtiment, fonctionnant à l’énergie solaire, opération qui s’est accompagnée de l’extension de l’éclairage au 2ème bâtiment, avec notamment la mise en place de batteries supplémentaires.

Coût : 784€




Forage de Guéno
Le forage est terminé et sa mise en service a été effectuée. Le débit est de 10 m3/h ce qui représente un bon rendement
Ecole de Gougogo-Kampala
Le maire de Pô, commune dont dépend Gougogo Kampala, a sollicité l'aide de Dilé pour la construction d'une école de trois classes auxquelles s'ajouteraient un bureu, un magasin et des latrines ; un cofinancement à parts égales a été défini entre la mairie et l'association.
C'est la première fois qu'une telle coopération est mise en place. Les membres de Dilé espèrent qu'elle fera tache d'huile et que d'autres projets de cette sorte pourront voir le jour dans la région.
La construction est en cours mais a pris du retard en raison d'une inondation du chantier lors de la saison des pluies. Les classes devraient cependant être ouvertes au plus tard au cours de 2013.
Aide au CREN
Nous avons, cette année encore apporté une aide financière aux sœurs dominicaines qui prennent en charge des nourrissons dénutris et malades ainsi que leurs mères. Il nous semble indispensable de soutenir cette équipe très efficace et paticiper ainsi à la lutte contre la mortalité infantile.
Sida
Dilé poursuit son aide financière aux malades du sida soit en assurant le paiement des médicaments nécessaires quand ils développent des maladies opportunistes (non prises en charge par le système de santé burkinabé) et qu'ils ne peuvent acquérir eux-mêmes faute de moyens, soit en leur permettant de créer une activité artisanale par le biais d'un micro crédit. Ce dernier nouvellement créé fonctionne bien.
Zegziga
Les fosses fumières ont été mises en place et le busage des puits effectué ce qui devrait permettre une amélioration du rendement du jardin potager collectif.
Micro crédit
L'association Nassara zena gère de façon satisfaisante le fonds de crédit en attribuant aux femmes qui le souhaitent un prêt et en s'assurant que les remboursements sont bien effectués.

 

Mis à jour (Mercredi, 31 Juillet 2019 16:39)

 

Actions réalisées de 2003 à 2018

 

Le résultat de 15 ans d’action


Des actions pérennes


- 30 forages d’eau potable


- 2 écoles de trois classes avec latrines et 3 logements pour les instituteurs pour l’une d’elles


- 8 campagnes de soins ophtalmologiques concernant 4 000 patients, dont 900 ont bénéficié d’une opération de la cataracte


- Aide financière annuelle au CREN (Centre de rééducation et de nutrition pour enfants malnutris)


- Création d'un groupement de femmes gérant un micro crédit : association de femmes dont chacune a créé ou souhaite créer une activité indépendante


- Aide financière apportée aux malades du sida sous deux formes : financement des traitements concernant les maladies opportunistes et mise en place d’un micro crédit


Des actions ponctuelles


- Aide financière accordée durant deux ans au centre de vacances studieuses de Tiébélé


- Aide financière pour l’achat de grains lors d’une inondation aux conséquences catastrophiques

 


 

Forage de kuyou Dile2009_img4

 

Mis à jour (Lundi, 29 Juillet 2019 16:41)

 
Burkina Faso Sud - Po Tiebele

dile-jpg2

Bretagne - Pays Bigouden