Actions projetées

Prévisions pour l'année 2019

 

En 2019, DILÉ a prévu, d'une part de poursuivre les actions menées depuis de nombreuses années dans la région de Pô et de Tiébélé et, d'autre part de lancer un programme de réhabilitation de forages en panne, répartis sur l'ensemble de ces deux communes.


1) POURSUITE DES ACTIONS RECURRENTES

 

CAMPAGNE DE SOINS OPHTALMOLOGIQUES

La campagne ophtalmologique, qui a lieu tous les deux ans, est programmée pour les mois d’avril et mai 2019.

Cette 9ème campagne de soins oculaires organisée par DILÉ doit se dérouler sur six semaines, selon un programme déjà éprouvé : information de la population, dépistage des personnes susceptibles de recevoir des soins et sélection de celles qui devront être opérées de la cataracte.

Le dépistage et les soins de maladies oculaires devraient concerner quelque 500 personnes et une centaine d'entre elles seront opérées.

C'est le Dr Lougoussé, médecin ophtalmologiste burkinabé, aidé de son équipe, qui a accepté, cette année encore, de prendre en charge les soins et qui pratiquera les interventions chirurgicales dans les locaux du SCPS (dispensaire) de Tiébélé.

Le principe de faire participer chaque patient par le paiement d'une somme forfaitaire tout à fait symbolique (3000 francs CFA soit 4€50) a été maintenu.

La réalisation de cette campagne est toutefois subordonnée à l’arrivée d’un nouveau microscope opératoire pour pallier la défaillance de l’appareil actuel.

Subvention prévue : 9 500 euros.


FORAGES

- Forage de l'école de Gougogo :

En 2011, le maire de Pô nous avait fait part de son souhait de faire construire une école dans le village de Gougogo-Kampala, situé dans une zone où l'analphabétisme est important.

Il a proposé un cofinancement entre DILÉ et la commune pour l'édification de trois classes, un bureau, un magasin et des latrines, ainsi que pour l’acquisition de mobilier. Nous avons accepté ce partenariat et la construction cette première tranche s’est achevée à la fin de l’année 2012.

En 2017, nous avons apporté une aide pour la construction d’une 2ème tranche de trois classes et d’un nouveau bloc de latrines, avec le même cofinancement qu’en 2012.

Pour 2019, DILÉ est sollicitée pour cofinancer (avec la participation de l’Association de parents d’élèves, du Comité de gestion de l’école et d’habitants du village) la réalisation d’un forage destiné à l’alimentation en eau de cette école.

Subvention prévue : 4 000 euros.

  • - Forage de Boulmona :

Jusqu’en 2010, les habitants du village de Boulmona, très isolé et situé à flanc de colline au-dessus du centre de Tiébélé, ne disposaient d'aucun puits et les femmes étaient obligées de s’approvisionner en eau dans les marigots alentour.

En 2011, DILE a financé la réalisation d’un forage en bas de la colline, avec adduction d'eau, pour ce village d'un millier d'habitants : après plusieurs essais infructueux, le creusement du forage a été réalisé en juin 2011.

Ce sont les villageois qui se sont chargés du creusement, dans un terrain caillouteux, des tranchées nécessaires à l'installation des tuyaux de distribution de l'eau.

Début décembre 2011, les habitants du village ont pu bénéficier de l'arrivée du précieux liquide.

Courant 2013, ce forage ne pouvait plus être utilisé pour cause de vol de la pompe électrique qui l’équipait. Une nouvelle pompe, un peu plus puissante, a été mise en place en 2014.

En 2016, la pompe est tombée en panne et elle a dû être remplacée.

En 2017, défaillance de la nouvelle pompe, qui a contraint les femmes du village à reprendre la corvée d’eau en allant à plus de 2 km pour assurer l’alimentation de leurs familles.

Face au manque de fiabilité des pompes, lors de la mission de novembre 2017, les représentants de DILE ont examiné les différentes solutions possibles avec M. Frédéric POYGA, directeur de la Société des Forages du Nahouri.

L’option retenue a été la réalisation d’un forage au niveau du village, avec mise en place d’une pompe électrique alimentée par l’énergie solaire, l’eau étant stockée dans le réservoir existant, installé sur une plateforme bétonnée.

Le surplus d’eau s’écoulera dans un caniveau vers un abreuvoir à créer, destiné au bétail.

Cette opération était prévue en 2018 mais, après 9 tentatives infructueuses, elle n’a pas pu aboutir.

Un dernier essai, en décembre, a permis de trouver de l’eau avec un débit suffisant, mais la réalisation des installations d’équipement du forage a été reportée sur 2019, ce qui explique le report du financement sur cette année.

Coût : 10 700 euros.


C. R. E. N. DE TIEBELE

Centre de Récupération et d’Education Nutritionnelle.

Depuis 9 ans, DILÉ participe au financement du budget du CREN, à hauteur de 35 à 50 %, selon les besoins.

Ce centre, géré avec justesse et efficacité, a pour objet principal de lutter contre la mortalité infantile. Parallèlement, il contribue à la formation des mères dans les domaines de l’écriture, la lecture, la couture, le jardinage (arrosage des plants au goutte à goutte) …

Par ailleurs, une organisation de prévention a été mise en place, grâce à des visites du personnel du CREN dans les villages éloignés.

D’année en année la prise en charge des bébés malades a été développée.

Subvention prévue : 4 000 euros.


CONSULTATIONS MEDICALES HEBDOMADAIRES

Dans commune-département de Tiébélé, comptant environ 60 000 habitants, il n’y a aucun médecin. Les malades doivent se rendre à l'hôpital de la ville voisine (Pô) distant de plus de 30 km.

Les pathologies sont pourtant nombreuses : HTA, infections respiratoires, néoplasies, diabète, parasitoses dont le paludisme.

DILÉ a donc organisé sur Tiébélé, à partir de 2015, une consultation hebdomadaire de médecine générale assurée par un médecin de l’hôpital de Pô, assisté d'un infirmier et d’un laborantin qui s'occupe des prélèvements.
La consultation
se déroulait dans les locaux du dispensaire (CSPS) de Tiébélé et chaque patient devait s'acquitter d'une contribution tout à fait symbolique de 200 FCFA soit 0,30 €.

Ce projet, programmé pour une année, a connu des difficultés pour diverses raisons et notamment à cause, d’une part d’un déficit d’information de la population et, d’autre part, d’une réduction inattendue du nombre des médecins susceptibles d’intervenir à Tiébélé.

Les consultations se sont arrêtées en mars 2016 et l’aide financière a été suspendue.

DILÉ propose de relancer cette opération, qui s'avère vraiment bénéfique pour la population, mais dans des conditions qui ont été rediscutées avec le médecin-chef de l’hôpital de PÔ.

Les médecins, dédommagés par DILÉ, se sont engagés à fournir trimestriellement un compte rendu dans lequel figureront le nombre de malades qui se seront présentés à ces consultations et les principales pathologies diagnostiquées.

Ce projet est programmé à partir du début juillet, avec possibilité de le renouveler trimestre par trimestre, en fonction des résultats.

Subvention prévue : 1 000 euros.


WEPERI

Association d’habitants de Tiébélé, malades du Sida.

Au Burkina Faso, les malades du Sida ne bénéficient pas de prise en charge en dehors des trithérapies. Les maladies opportunistes demandent des soins et la fourniture de médicaments que la plupart ne sont pas en mesure de payer.

DILÉ s’est donc engagée à assumer cette dépense en versant des fonds à l’association Weperi, qui regroupe des porteurs du VIH, à Tiébélé, à charge pour elle d’allouer les sommes nécessaires à chacun de ses membres.

Pour la 7ème année consécutive, DILÉ prend en charge le financement du suivi des malades du Sida (2 déplacements par an à Pô) et l’achat des médicaments pour les maladies opportunistes, etc… Selon les années, elle apporte également une aide au fonds du microcrédit réservé aux membres de Weperi. C’est le cas pour l’année 2019.

Budget prévu : 1 500 euros (1 000 + 500).


AIDE AUX CSPS (DISPENSAIRES) DE TIEBELE

Au Burkina Faso, les structures publiques de soins sont organisées en trois niveaux qui assurent des soins primaires, secondaires et tertiaires.

Le premier niveau est constitué par le district sanitaire qui comprend deux échelons :

- les Centres de Santé et de Promotion Sociale (CSPS), structures de base du système de santé : présents dans les gros villages et petites villes, ils sont dépourvus de médecins et sont dirigés par un infirmier diplômé, aidé d'infirmiers correspondant à nos aides-soignants. Ce sont eux qui ont le plus de contact avec la population en brousse.

- les Centres Médicaux avec Antenne Chirurgicale (CMA) : présents dans les villes de moyenne importance, ils sont dirigés par un médecin, aidé d'infirmiers. Ils servent de référence pour les formations sanitaires du district.

Les CSPS y envoient leurs patients dès qu'un problème devient grave.

Certains districts sont centrés sur des CHR : c’est le cas de celui de Pô.

La commune de Tiébélé dispose de sept CSPS, dont le principal est placé sous l’autorité d’un Infirmier Major qui a sollicité DILÉ en 2017, afin de l’aider à améliorer l’équipement de son centre en matériels et médicaments. Nous avons répondu favorablement en accordant une aide, uniquement pour l’achat de matériels qui ont été livrés fin 2017.

Lors de la mission de novembre 2018, les représentants de DILE ont fait le point de la situation avec les responsables des sept CSPS et ont pu constater le sous équipement, au niveau du matériel médical, de l’ensemble de ces dispensaires.

Pour l’année 2019, avec l’aide de l’association BIP HUMANITAIRE qui rassemble les matériels réformés par les Hôpitaux de PARIS, DILÉ a l’opportunité de faire expédier un conteneur chargé d’équipements pour les CSPS de Tiébélé, mais également d’un microscope opératoire destiné aux opérations de la cataracte (cf. ci-dessus).

Subvention prévue : 8 200 euros.


SOUTIEN AU CENTRE D’EDUCATION ET DE LOISIRS « « DIZENIDANI »

Depuis sa création en 2010, cette association qui regroupe des jeunes de la commune de Tiébélé, fait de la promotion de l’éducation, sa principale préoccupation.

Partant du constat du faible niveau scolaire de la jeunesse de Tiébélé, elle intervient dans différents domaines :

- Suivi scolaire et parrainage des enfants les plus démunis (surtout les orphelins) ;

- Incitation à la pratique du sport ;

- Sensibilisation sur les maladies (sida, etc.),

- Initiation à l’environnement : travaux de plantation, ramassage des déchets …

Comme en 2015 et 2017, DILÉ a été sollicitée par l’association, en vue d’apporter une aide à son programme annuel d’animations (8ème édition), comprenant les activités principales suivantes :

- La coupe de football inter-lycées DIZENIDANI,

- Le concours de peinture murale traditionnelle Kassena.

Compte tenu de la qualité des animations proposées, tant sportives que culturelles, et de l’écho qu’elles peuvent avoir non seulement auprès des jeunes, mais également auprès de l’ensemble de la population de Tiébélé, les membres de DILÉ ont décidé d’accorder une partie de l’aide sollicitée par l’association DIZENIDANI.

Coût : 500 €.

 


2) LE PROJET DE REHABILITATION DE FORAGES

 

Il s’agit d’un projet de réhabilitation de forages en panne, qui vise à prolonger l’action que DILÉ mène depuis quinze ans, dans le domaine de l’accès à l’eau potable, sur les communes de Pô et Tiébélé.


Les maires se sont engagés en tant que maîtres d’ouvrage.

Sur ces deux communes, environ 15 % des forages sont en panne ou abandonnés depuis plusieurs années.

Le nombre total de forages opérationnels est insuffisant pour répondre aux normes de l’O.M.S. compte tenu particulièrement de la dispersion de l’habitat de ces communes rurales

(plus de 25 % de la population n’a pas accès à l’eau potable).

Ces difficultés de l’accès à l’eau entrainent de mauvaises conditions de vie familiale : salubrité et hygiène insuffisantes, allongement du temps de travail des femmes

et difficulté de scolarisation pour les filles qui participent aux corvées d’eau.

Les moyens limités de ces communes ne leur permettant pas de lancer un tel projet de réhabilitation de forages, il est donc indispensable d'avoir recours à des partenaires financiers extérieurs.

Les maires de Pô et de Tiébélé comptent donc sur le partenariat de DILÉ pour sa réalisation.

Le projet prévoit :

1) d’améliorer le taux d’accès à l’eau potable par la réhabilitation de forages en panne et ainsi de rétablir le nombre d’« équivalent point d’eau » par habitant, dans 43 villages

et quartiers répartis sur ces deux communes, soit pour une population d’environ 30 000 à 35 000 habitants,

2) d’améliorer durablement la gestion du service de l’eau et l’entretien des infrastructures par la formation et la sensibilisation.

Les forages réhabilités seront équipés dans le respect des exigences nationales de protection des points de prélèvement d’eau et leurs superstructures comporteront un abreuvoir permettant d’alimenter le bétail en saison sèche.

Ils apporteront aussi l'eau nécessaire à la culture potagère familiale.

Sur les 43 forages à réhabiliter :

- 25 ont plus de 25 ans (antérieurs à 1994), le forage le plus ancien datant de 1976 ;

- 16 ont été réalisés entre 1996 et 2010 ; deux ne sont pas datés.

Pour la réalisation des travaux, une société a été retenue : la Société des Forages du Nahouri, avec laquelle l’association DILÉ et ses partenaires locaux ont déjà collaboré par le passé

et qui a donné pleine satisfaction quant à la qualité des ouvrages effectués et aux délais de réalisation.

Dans chaque village concerné, les habitants participeront aux travaux préparatoires (terrassement et apport de matériaux) à la réalisation de ces aménagements.

Afin d’accompagner la mise en œuvre du programme de réhabilitation de forages, les municipalités de Pô et de Tiébélé se sont engagées à mettre en place des formations

pour les membres d’Associations d’Usagers de l’Eau (AUE), pour quatre maintenanciers pour la commune de Tiébélé et, pour la commune de Pô, des membres du bureau du conseil municipal et

d’agents du service municipal de l’eau et de l’assainissement.

Le contrôle technique et la réception des ouvrages seront assurés par les services des communes de Pô et de Tiébélé, en relation avec M. Roger AKOUABOU, représentant local de DILÉ.


Les membres de DILÉ interviennent lors de missions assurées sur place, en vue de vérifier la bonne réalisation des opérations financées par notre association.

 

Lors de ses missions, DILÉ continuera bien entendu à s’intéresser au bon fonctionnement des forages.


Le montant total des dépenses prévues pour le projet de réhabilitation de forages représentera un montant de quatre-vingt-neuf mille deux cent cinquante-six euros (94 000 €).



CREN
Les nourrissons dénutris sont la préoccupation principale du centre mais Sœur Evelyne, sa directrice, se préoccupe aussi du sort des mamans pour lesquelles mauvaise santé et situation précaire constituent très souvent le lot habituel. Des petites formations leurs sont proposées qui devraient améliorer leur vie quotidienne :
1.Alphabétisation
2.Cours de couture et de tricol
3.Participation des femmes à la fabrication de savon. Cela permet de leur inculquer dans le même temps quelques notions d'hygiène
4.Cours de jardinage et d'élevage d'animaux de ferme
Dilé participe à hauteur de 4500€ au budget du dispensaire mais pour l'année 2013 sœur Evelyne a demande  1000 € supplémentaires. Cette somme sera consacrée à l’achat et la mise en place d’un « bio digesteur ». Cet appareil produra du gaz en quantité suffisante pour assurer les besoins du centre en énergie. C'est de la bouse de vache qui servira de combustible et les déchets engendrés seront utilisés comme engrais pour le jardin potager. L'utilisation de ce système écologique aura pour effet des économies d’argent et de bois (denrée de plus en plus rare pour les Burkinabé).
Forage de Goumpia
Il a paru indispensable à l'association d'apporter son aide à ce village très isolé. Le forage projeté assurera les besoins en eau potable à près de 800 personnes.
Campagne ophtalmologique
DILE a prévu une nouvelle campagne de soins oculaires. Après dépistage des personnes susceptibles de recevoir des soins une sélection sera faite : d'une part les personnes atteintes de cataractes qui devront être opérées et d'autre part celles présentant diverses affections qui recevront de simples soins. La durée de la campagne s'étendra sur 6 semaines et débutera en février/mars.
Atelier de couture
Ce sont les hommes qui façonnent la plupart des vêtements des burkinabés. Il s'agirait de créer pour eux un atelier d'apprentissage avec l'achat de quelques machines à coudre.
Création d'un micro crédit pour un projet d'élevage
Deux hommes ont demandé à bénéficié de l'attribution d'un prêt qui leur permettrait de créer un centre d'embouche ovin. Leur projet, très élaboré, consiste à créer chacun une ferme sur laquelle ils projettent d'engraisser 75 moutons sur 18 mois.
Le micro crédit fonctionnerait de la même façon que celui des femmes avec création d'une association et ouverture d'un compte bancaire. Les remoursements se feraient à la vente des moutons.
Aide aux malades du sida
Lors du prochain déplacement sur place de membres de Dilé, le point sera fait sur le bon fonctionnement de l'aide proposée qui amènera l'association à augmenter, si nécessaire, sa participation.
Ecole de Boungou
1.travaux de refection de la  chappe de ciment des trois classes existantes
2.construction d'une quatrième classe
Le cycle de l'instruction en primaire prévoit six degrés d'enseignement. Dans l'idéal il faudrait  donc que chaque école comporte six classes. Chaque classe accueillant au moins 70 élèves ce ne serait pas un luxe. Dilé espère pouvoir entreprendre en 2013 la construction d'une quatrième classe en espérant pouvoir continuer l'extension dans les années suivantes.

Mis à jour (Samedi, 03 Août 2019 19:33)

 
Burkina Faso Sud - Po Tiebele

dile-jpg2

Bretagne - Pays Bigouden